Reconstruire la ville sur des friches industrialoportuaires - île Est de Sète

CONCEPTION ET MISE EN OEUVRE DU QUARTIER GARE DE SETE (34)

Réalisation du plan guide

La Ville de Sète et Thau Agglomération projettent le développement d’une vaste opération urbaine en coeur d’Agglomération, en continuité du tissu ancien et en renouvellement des sites industrialo-portuaires. Secteur de 65 ha, accueillant à terme 3 000 nouveaux logements, de nouvelles activités, une polarité de quartier, un port de plaisance, des équipements ainsi qu’un parc urbain, l’objectif de la mission est de dessiner un plan guide et opérationnel pour l’accompagnement de la mutation du site, en cohérence avec les temporalités liés à la libération du foncier, mais aussi le renouvellement possible du tissu bâti.

Révéler le génie du lieu - Le site est contraint, il est l’entrée Est de la ville de Sète. Mais il est surtout un site chargé d’histoire, marqué par les empreintes de son activité passée: des traces formées par les voies ferrées, aux entrepôts et aux chais encore existants, en passant par la présence de canaux à usage portuaire ou le faisceau ferroviaire. Du site découle une atmosphère particulière, un “génie du lieu” dont la mémoire doit pouvoir constituer le fil conducteur pour la constitution d’un nouveau quartier, urbain et atypique.

Tirer parti de l’existant - L’entrée Est de Sète est un espace particulièrement contraint en raison de ses occupations passées et actuelles. Ancienne zone industrialo-portuaire traversée par un “chevelu” ferroviaire, il accueille encore des activités et porte leurs empreintes : pollution des sols, risques industriels, risque d’intrusion marine, morcellement foncier et occupations illicites du site...
Ce site complexe a pour vocation d’accueillir un morceau de ville multifonctionnel de qualité comprenant 3000 logements, des activités commerciales et tertiaires, des équipements structurants, etc.
La démarche doit s’appuyer sur les contraintes et les potentialités du site pour proposer un projet exemplaire en matière de renouvellement urbain, de réalisation des espaces publics et d’identité des nouvelles constructions, afin de redonner une dynamique urbaine et économique au pôle urbain sétois.

Conception d’une première opération de ZAC 

Cette première opération a vocation à permettre la réalisation de 1800 à 2000 logements pour l’accueil d’environ 4000 nouveaux habitants. Elle doit permettre de mettre en oeuvre les fondements du futur quartier en réalisant la construction de la centralité du quartier qui accueillera commerces, services et  équipements de proximité mais également de s’inscrire dans l’intention globale de valorisation de sa situation au droit du port de plaisance, à proximité de la gare et donc quartier propice à l’accueil d’équipements, de service d’intérêt communautaires. Le projet de programme comprend donc environ 170 000 à 200 000 m2 de Surface de Plancher de logements, commerces, équipements et bureaux suivant le potentiel de renouvellement des îlots existants.
Le parti d’aménagement et de composition du quartier s’appuie fortement sur une trame orthogonale de voies, îlots soulignée d’une trame verte totalement composée et d’une trame bleue existante qu’il convient de souligner. Cette trame d’espaces publics donne à voir l’environnement singulier de Sète et  vient compléter la richesse des espaces sètois par une nouvelle offre pour de nouveaux usages. La trame verte du quartier est totalement dessinée par le tracé des rues qui seront fortement végétalisées pour marquer des axes de composition du quartier et faire échos à la couverture arborée du Mont  Saint-Clair.
La trame verte du quartier est renforcée par la création en son coeur d’un véritable parc urbain, composé dans l’axe du bassin du Midi, en transition avec les activités liées au fer. A la fois équipement complémentaire à l’échelle de l’agglomération, inexistant jusqu’alors en ville, il assure la gestion et l’accueil des déblais qui formeront des merlons géométriques en transition avec la base travaux, filtrant vues et bruit sur ce site d’activités spécifique.
Les canaux forment la trame bleue et permettent de dessiner une limite finie au quartier dont le trait est marqué par l’épaisseur des quais. C’est quais sont formés d’une bande utile aux usages liés à l’eau (domaine public du port, accès aux canaux, …) et d’une bande utile liée à la vie urbaine (desserte des îlots bâtis, déambulation, terrasses, …). Ces quais sont soulignés par l’arrivée de constructions en façade des canaux, qui, montant en hauteur, animeront les fonds de scène et autoriseront des vues sur l’environ lointain : la mer, l’étang, la Gardiole, …